La Table des Bergers (63)

Perdu dans les bois du Massif du Sancy sur les hauteurs du Mont-Dore, le site de la Table des Bergers offre plusieurs blocs de pierre gravés par des signes énigmatiques.

Ces gravures, qui représentent des croix, des initiales ou encore des signes géométriques, restent un mystère encore aujourd’hui.

De Mystérieuses Gravures :

Pourquoi de telles inscriptions ont été dessinées dans un endroit aux airs fantasmagoriques ? Que signifient ces inscriptions et qui les a gravées ? Est-ce un sanctuaire préhistorique ou un site druidique ? Un lieu de dévotion ou de pèlerinage pour protéger les animaux ?

Dans “l’Auvergne Étrange” (Hors Série de La Montagne), Frédéric Surmely, chercheur et conservateur du patrimoine à la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) Auvergne écarte certaines hypothèses.

« Il est très difficile de dater des gravures, mais les représentations de croix latines, l’écriture avec les initiales et la technique utilisée, probablement à l’aide d’une pointe en fer, excluent l’époque préhistorique. »

Les motifs dateraient plutôt du XVIIIème ou du XIXème siècle. Mais leurs fonctions et leurs interprétations, elles, restent mystérieuses, précise ce géologue de formation.

« Ce pourrait être une forme de rituel, où l’on serait venu conjurer le mauvais sort tous les ans. » Et de poursuivre : « Il ne s’agit pas d’un acte isolé, mais d’une œuvre collective, qui se transmettait peut-être de générations en générations. »

Un site Archéologique classé :

Malgré son accès très difficile, certains promeneurs peut scrupuleux ont tenter de graver leur nom sur la table. En 2014, la DRAC a installé un panneau rappelant qu’il s’agit d’un « site archéologique classé ».

Ce dernier indique les informations suivantes : “Le site de la Table des Bergers comporte un ensemble de gravures, lié probablement à un pèlerinage au cours des siècles derniers (XVII-XIXèmes). Les gravures sont souvent fines et très fragiles. Pour garantir la préservation des gravures, il est important de ne pas les gratter, de ne pas les brosser et de ne pas monter sur les pierres.

Toujours dans l’ouvrage “l’Auvergne Étrange“, Frédéric Surmely précise que : « Nous avions pensé à le clôturer ou à l’enfouir, mais la meilleure protection de la Table, c’est la montée à 15 % qu’il faut franchir ! »

Autres photos de la Table des Bergers :

D’autres rochers gravés :

Tout autour de pierre principale on trouve également d’autres rochers recouverts de symboles.

Rocher 1 :

Rocher 2 :

Rocher 3 :

Rocher 4 :

Pour en savoir plus / Sources :

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.