Le Puy et le Lac de Montcineyre (63)

Situés à la limite des Monts Dore et du Cézallier sur la commune de Compains, le puy et le lac de Montcineyre font partie des dernières activités volcaniques de notre région. Montcineyre vient du latin “Mont Cineris” qui veut dire “Mont des Cendres”.

Le Puy de Montcineyre (1332m) :

Le Puy de Montcineyre est très récent. Âgé de moins de 6000 ans, il est contemporain du volcanisme de la chaîne des Puys et en constitue le prolongement le plus méridional.

Des bombes “en chou-fleur”, déposées à la base du cône, indiquent que l’éruption, dans sa phase initiale, s’est déroulée en présence d’eau.

Le choc thermique provoqué par le contact entre cette source d’eau et le magma (phréatomagmatisme) explique que l’activité explosive ait été très violente.

Des retombées de cendre issues du Puy de Montcineyre ont été identifiées dans les tourbières du secteur de Picherande et de Chastreix, à plus de 10 kilomètres du volcan.

Le lac de Montcineyre (1182m):

Comme souvent en Auvergne, l’eau et le feu sont liés. Le site du puy et du lac de Montcineyre ne déroge pas à la règle.

En effet, c’est l’éruption du Puy de Montcineyre, qui a donné naissance au lac éponyme, en piégeant les eaux derrière son cône de scories.

La retenue, d’une surface de 44 hectares, prend une belle forme de croissant en épousant la convexité du volcan.

Profonde d’une vingtaine de mètres, elle occupe une dépression d’origine glaciaire antérieure à l’épisode éruptif.

Le lac, en forme de croissant, est situé à 1182 m d’altitude. Entourées d’une hêtraie, ses eaux, aujourd’hui protégées et classées site naturel, s’étendent sur 40 hectares et comptent 18 mètres de profondeur.

Ce lac est également une réserve d’eau potable pour le SIVOM de la région d’Issoire et de la banlieue sud de la métropole Clermontoise (du Sud de Clermont-Ferrand à la limite avec la Haute-Loire, et des contreforts du Sancy aux flancs ouest du Livradois).

Néanmoins, cette réserve n’est sollicitée qu’en période de forte consommation, en complément des différents captages et pompages du Sivom.

Le respect du site s’impose donc. En application de la loi sur l’eau de 1992, le Sivom a acquis des terrains afin de mettre en place des périmètres de protection autour des captages.

Il est a noté que la baignade, la pêche et le canotage sont strictement interdits.

Enfin, il est supposé que ses eaux ont filtré à travers la lave pour donner naissance aux sources de Chaumiane à 2kms.

Pour en savoir plus / Sources :

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.