Le Puy de Sancy (63)

Le Puy de Sancy est un volcan éteint situé dans les Monts Dore, à 35 kilomètres au sud-ouest de Clermont-Ferrand. C’est, avec ses 1 885 mètres d’altitude, le point culminant du Massif central et le plus haut volcan de France métropolitaine.

Le plus haut sommet du Massif Central qui s’appelait Puy de la Croix au XIXème siècle, doit son nom aux habitants des communes voisines du sommet de la montagne qui s’y rendaient en pèlerinage le 6 août, jour de la Saint Sixte. On prit ainsi l’habitude de dire que l’on allait au puy de Saint Sixte, en patois local Pé de San Chi. Ainsi fut baptisé le Puy de Sancy.

Autrefois, jour de grande procession et de foi, la Saint Sixte est devenue aujourd’hui une randonnée géante, un jour de fête et de rassemblement. Dès le matin, à partir du Mont-Dore et des autres communes avoisinantes du Sancy, les randonneurs partent à l’assaut du Puy de Sancy. Accompagnés de guides de moyenne montagne, les randonneurs pourront profiter de leurs connaissances pour admirer le paysage, la faune et la flore.

Topographie :

Le Puy de Sancy est un sommet d’allure alpine qui tranche radicalement avec les autres sommets du Massif central, à l’exception de quelques sommets des monts du Cantal.

En effet, on y rencontre de fortes pentes et de nombreuses arêtes déchiquetées. Il est prisé des alpinistes tout comme les autres sommets ou rochers escarpés qui l’entourent : Puy Ferrand, Dent de la Rancune… Par ailleurs, plusieurs vallées, travaillées par les glaciers, prennent naissance sur ses flancs :

La Vallée de Chaudefour au nord-est :

La Vallée de la Fontaine Salée au sud :

La Vallée du Mont-Dore / Caldeira de Haute-Dordogne au nord-ouest :

La Dore et la Dogne :

Parmi les ruisseaux qui prennent leur source sur les flancs du Sancy : la Dore à 1 680 mètres d’altitude, et la Dogne à 1 640 mètres, et qui en se réunissant à 1 370 mètres d’altitude, donnent naissance à la Dordogne.

A noter que le nom Dordogne ne vient pas de l’assemblage des noms “Dore” et “Dogne“. Son nom vient de Duranuis au Vème siècle (Sidoine Apollinaire), Dorononia au VIème siècle (Grégoire de Tours), Dordonia au XIIIème siècle et Dourdogne au XVIème siècle.

Cascade de la Dore

L’étymologie de “Dordogne” viendrait des mots celtiques “Dor” (eau) et “Dogne” (profond), selon le livre “La Fabuleuse Histoire du Mont-Dore” paru en 1982.

La Dogne

Géologie :

Le Puy de Sancy est le point culminant du stratovolcan des Monts Dore. Sa mise en place s’est faite sur le versant sud de ce massif entre 1 et 0,2 million d’années, période à l’issue de laquelle il atteignit vraisemblablement l’altitude de 2 500 mètres.

Des éboulements massifs se sont produits par la suite puis l’érosion, en particulier glaciaire, a fini de façonner le sommet.

Il se présente aujourd’hui sous la forme d’un neck de trachy-andésite claire à gros phénocristaux de sanidine. Cette roche est parfois aussi appelée « sancyite » par les géologues.

Il reste de cette activité volcanique des sources d’eau chargées en fer et autres minéraux, qui remontent à la surface chargées de gaz, comme la source de la vallée de Chaudefour ou les sources thermales du Mont-Dore et de La Bourboule.

Source Saint-Anne dans la Vallée de Chaudefour

Climat :

Du fait de sa hauteur relativement élevée et de son exposition aux flux d’ouest océaniques porteurs d’humidité, les précipitations enregistrées sur le massif sont importantes et la neige y fait son apparition dès le mois d’octobre.

L’enneigement y est en général abondant durant la période hivernale. Les Névés persistent en général jusqu’à mi-juillet selon les années. Un dicton local dit que le Sancy voit le blanc, c’est-à-dire la neige, tous les mois de l’année.

Les vents au sommet peuvent être parfois très violents et le temps changer radicalement d’une heure à l’autre.

Faune et Flore :

Chamois, mouflons et marmottes vivent sur les pentes du Massif du Sancy.

Seuls les mouflons et marmottes ont été introduits par l’homme puis ont prospéré, le chamois a quant à lui été introduit dans le Cantal, et fait le chemin tout seul pour rejoindre les sommets du Massif du Sancy.

Le massif du Sancy présente également un grand intérêt pour sa flore : on trouve ici un certain nombre d’espèces alpines qui sont très rares dans le Massif central comme la soldanelle des Alpes, la benoîte des montagnes, l’érigeron des Alpes, le dryade à huit pétales… On y croise aussi une espèce endémique remarquable : la jasione naine (Jasione crispa subsp. arvernensis) qui ne pousse que sur les sols de trachyandésite. Sans oublier la gentiane jaune.

Ascension :

Le sommet du Sancy est accessible par la route départementale 983 depuis la ville du Mont-Dore (4 km).

Ensuite, depuis le parking de la station de ski, on peut atteindre le sommet soit à pied en une heure environ (par le Val de Courre et le GR 30 via le Pas de l’Âne ou par le GR 4E),

soit en empruntant le téléphérique (3 minutes pour atteindre la gare supérieure à 1 775 mètres d’altitude), puis en gravissant en 20 minutes environ l’escalier en bois de 850 marches qui mène au sommet et sa table d’orientation.


Autre possibilité d’accès, par le Col de la Cabane en venant de Picherande, Super-Besse ou encore du Col de la Croix Saint-Robert.

D’autres itinéraires, beaucoup plus « aériens » sont empruntés par les alpinistes, comme par exemple par le Val d’Enfer.

Du sommet, un immense panorama à 360° s’offre aux visiteurs avec une vue imprenable sur la chaîne des Puys et les Monts du Cantal. Par beau temps, il est également possible d’apercevoir le Mont-Blanc, ce qui en fait le point le plus occidental d’où l’on peut voir le point culminant français.

La Station du Sancy :

Historiquement, c’est l’abbé Blot qui amène les premières planches de ski de fond du côté de Besse au début du xxe siècle puis l’aviateur Costes fait construire au Mont-Dore le téléphérique qui rapproche considérablement le sommet du Sancy (le téléphérique dit N° 1). Trois stations de ski : Super-Besse et le Mont-Dore (domaine skiable du Grand Sancy) ainsi que Chastreix-Sancy. Il y avait également deux autres stations aujourd’hui fermées : Chambon des neiges (fermée en 2002) et la Tour-Chambourguet (fermée en 1996).

Autres photos du Puy de Sancy :

Printemps – Été :

Automne – Hiver :

Pour en savoir plus / Sources :

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.